blablabla

Weekend d’automne – lectures, chaussettes en laine et entre-saisons

Coucou par ici,

Comment allez-vous ? Après plusieurs billets spéciaux RAT (les seuls pour lesquels j’arrivais à me motiver), je vous retrouve ce weekend pour un petit billet fourre-tout, lectures, quotidien, pensées, préparatifs de saison…

Le mois de novembre est habituellement celui que j’aime le moins ; il fait froid, il pleut, il fait nuit tôt… et on attend que décembre arrive avec son cortège de festivités. Cette année, on par dessus tout ça un confinement, et curieusement, ce mois de novembre passe finalement un peu mieux que les autres années ; continuant d’aller à l’école et de faire classe à mes 21 loulous, je n’ai pas le temps de m’ennuyer. En prime, je ne culpabilise pas de rester à l’appart sans être productive le reste du temps, puisque je n’ai pas le choix.

Il n’empêche que j’aime bien quand cette période entre deux (entre un octobre flamboyant et un décembre scintillant) se termine, mais je ne cède pas encore aux sirènes de Noël comme j’ai pu voir parfois de ci de là.

Cela commencera bientôt, quand les illuminations seront là, quand les sapins feront leur apparition… (j’ai commandé le mien via l’asso de parents de l’école, on les commande chez un petit producteur. Même si la question de la cohabitation d’un chat avec le sapin cette année m’inquiète un peu…)

Ce weekend, j’ai donc profité du temps maussade pour me replonger dans mes lectures du moment : Le journal d’Aurélie Laflamme. Un roman ado très rafraîchissant, l’histoire d’Aurélie, 13 ans, fâchée avec sa meilleure amie, qui n’arrive pas à aligner 3 mots devant le garçon qui lui plaît, terrorisée à l’idée que sa mère ne remplace son père décédé par le proviseur du collège (l’angoisse !) et essayant de trouver au milieu de toutes ses préoccupations des réponses à ses questions sur le sens de la vie et l’univers…

Avec ma nouvelle bougie qui sent bon, apparemment classée objet de première nécessité même si les décorations de Noël sont interdites actuellement dans les magasins 😦

Je crois que ce roman m’a replongée dans une ambiance « années d’adolescence », à l’odeur du gloss collant saveur barbapapa et au rythme des tubes de la toute jeune alors BritBrit ou bien de la chanson d’Aaliyah, idole de mes 13 ans dans la chanson d’Anastasia, sorti aujourd’hui il y a 23 ans (déjà !) et qui nous manque beaucoup trop.

Il m’a donc donné envie de me replonger dans une de mes séries phare de l’adolescence, Lizzie Mc Guire (merci l’amoureux et son abonnement à la chaîne de streaming Disney + pour regarder The Mandalorian, qu’on a commencée par ailleurs)

Episode culte de l’achat du premier soutien-gorge, avec en guest-stars, les pestes du collège, duh!

Lizzie, c’était mes 14 ans, c’était les séries ado KD2A sur France 2 le mercredi et le samedi matin, c’était la fille qu’on était toutes, sauf qu’elle était toujours mignonne avec des vêtements et des coiffures qu’on lui enviait (souvenez-vous, les petites pinces papillon pour tenir les cheveux, les élastiques à pompons colorés et les bandanas, ça va, je n’ai pas perdu tout le monde avec mes digressions nostalgiques ?)

J’ai aussi repris un manga lu il y a longtemps, J’aime les sushis (un manga gourmand, miam !). Longtemps, c’est le moins qu’on puisse dire, puisque j’ai retrouvé une chronique sur mon vieux blog de lectures (datant d’avant l’époque où j’ai voulu diversifier le contenu de mon blog) ! C’est presque vintage, mouarf !

Bon, à ce stade du billet, on a noté une sévère nostalgie chez la rédactrice… Peut-être est-ce le contexte actuel, peut-être est-ce ce tri gigantesque de ma vieille boite mail qui m’a fait plonger dans des fouilles de mails de dix ans d’âge, mais je suis en effet un peu nostalgique ces derniers temps, et notamment de l’effervescence des blogs lecture de mes débuts… Nostalgique aussi du temps où nous sortions pour rencontrer des inconnus à des soirées avec insouciance, pour aller à des concerts…

Heureusement qu’il reste des moments de douceur avec la plus mignonne…

A l’heure où je termine ce billet, le weekend est pratiquement fini et une nouvelle semaine va commencer… Espérons qu’elle laissera la place à un peu plus de scintillement, avec, je l’espère, le retour de quelques unes de nos habitudes et une entrée festive dans la période de l’Avent…

Belle et douce soirée à vous !

Halloween·RAT

Cozy Halloween Read-a-Thon

On ne change pas une équipe qui gagne !

J’ai découvert ce matin que c’était reparti pour un nouveau weekend de lectures et de moments gourmands grâce aux fameuses organisatrices du challenge Halloween, Lou et Hilde, en collaboration avec ma chère Fondant et Bidib pour le côté gourmand.
Quoi de mieux pour occuper un weekend ou – cette fois- je ne pourrai pas dire que je n’ai pas lu puisque j’étais sortie me balader, prendre le thé avec les copines, faire les boutiques (rayer la mention inutile), puisqu’après avoir travaillé non stop cette semaine, eh bien, me voilà de nouveau partie pour un weekend à la maison, puisqu’il le faut bien !

Apparemment, les marathoniennes ont commencé dès jeudi. pour ma part, j’ai été bien occupée hier avec notre démon qui a avalé je ne sais quoi (j’hésite entre une moustache à elle et un fil plastique !) et que j’ai emmenée chez le véto mais heureusement, plus de peur que de mal.

Pour ce marathon d’entre deux saisons, les filles nous laissent le choix :

« Ambiance au choix, cosy, horrifique, en mode Noël, en mode Halloween et même mode Noëloween ! Automne / hiver, avec une petite touche celtique … à vous de voir ! »

Nous retrouvons toujours les mêmes défis : 1h à la bougie / citrouille sur la couv’ / 666 pages, courge en cuisine / l’Etrange Noël / contes et légendes / défi celte

Alors, chez vous, ce sera quoi ? Ambiance d’automne, feuilles mortes craquantes et citrouilles ou odeur sapin de Noël, guirlandes clignotantes et guimauve sur fond de téléfilms de Noël ? Ou bien est-ce que ce sera paysages vastes et averses éparses, son des cornemuses pour une ambiance celtique en accord avec le challenge de Cryssilda ?

Pour ma part, je ne veux pas lancer les festivités de Noël trop tôt, sinon, ça perd de son charme… J’aime bien, tant qu’on a encore de jolies couleurs d’automne, profiter de la saison. J’ai donc résisté à la frénésie Noëlesque que me réclame pourtant mon inconscient, d’autant que je n’ai pas fini ma pal d’Halloween !

Depuis la dernière fois, elle n’a pas trop changé, d’ailleurs (cf le dernier rat), donc j’ai du choix !

Voyons qui sont les participantes : Hilde, Lou, Fondant, Bidib, Samarian, Cryssilda, Chicky Poo, Jojo en herbe, Blandine, Missy Cornish,

Bon rat !

Samedi, 13h00

Hier soir, j’ai tenté d’avancer dans ma lecture en cours sur ma liseuse (découverte de ce printemps, une amie m’a donné une liseuse qu’elle n’avait jamais utilisée), mais j’ai du capituler et me suis endormie dessus… Une petite romance pour se distraire, qui pour l’instant ne sera pas la lecture de l’année, mais j’avais besoin de lecture doudou !

Ce matin, quand j’ai voulu m’y remettre, il n’y avait plus de batterie. Bon, ça commence moyen. Du coup, à la place, j’ai regardé la vidéo frissonnante vlog d’Halloween d’une chaine booktube que je suis depuis peu, celle de Nina Quill. Elle nous y parle entre autres de l’arbre d’Halloween de Ray Bradbury. J’aime beaucoup sa douceur et son humour, ses vidéos se regardent avec plaisir !

Je vais faire un tour chez les participantes et tenter de relancer la liseuse qui depuis a du être bien rechargée. A plus tard !

18h30

Comment ça va, ce rat par chez vous ? Après un bon repas, j’ai pris une pause pour enfin me remettre à la lecture avec un thé blanc poire-marron glacé Dammann (mmmmh) dans ma tasse 🦊 adorée avec le plaid et le chat qui ronronne, le bonheur (il ne manquait qu’un feu de cheminée !)

Avec une pointe de déco automnale avec une coloquinte et mon petit carrousel Moumine rapporté de Suède

J’ai donc fait la connaissance de Mortina avant de me replonger dans ma romance.

Puis, un ami est passé (avec masque forcément ! Et après on a aéré la pièce),car je devais lui donner son gâteau d’anniversaire (je lui ai fait la surprise comme il a eu son anniversaire confiné et seul et qu’il n’est pas loin d’aller chez lui jeudi avec un panier de bons produits à manger et les copains en appel visio mais j’avais oublié le gâteau chez moi ! Tête en l’air un jour, tête en l’air toujours). Au passage, travaillant dans la musique, il m’a apporté un coffret avec le vinyle (et un t shirt !) de l’album d’Angèle, donc je suis ravie. On a suivi en direct l’annonce de l’élection de Biden, enfin une bonne nouvelle !

Même le chat n’est pas convaincu par ce souvenir de mauvais goût… 😄

L’excitation de l’annonce des résultats après avoir passé des jours à rafraîchir le site du New York Times et à regarder CNN a donc été peu propice à la lecture, mais cela fait du bien de lire cette nouvelle ! Je vais me remettre à la lecture de ma romance bientôt, après un petit tour sur vos blogs !

Dimanche 11h00

Bonjour à tous !

C’était à prévoir, hier, après passé un peu de temps sur internet, et un apéro dinatoire avec un cocktail maison Mai Tai (qui me rappelle ceux que Franny boit dans les Chroniques de San Francisco d’Armistead Maupin), je me suis à nouveau endormie sur ma lecture…

Ce matin, réveillée par le retour du démon qui sommeille à l’intérieur de mon chat (qui trouve amusant de me croquer les pieds sous la couette), j’ai eu fort à faire pour la convaincre d’avaler son médicament (même une pâtée au saumon est moins intéressante avec du médicament, mais elle a fini par en manger !). Ensuite, nous avons petit déjeuné en discutant et j’ai regardé un épisode de Skins, une série anglaise de 2007 qui suit le quotidien d’ados de Bristol. Malgré l’âge de la série qu’on ressent un peu en voyant le générique et le style vestimentaire des personnages, leurs préoccupations demeurent plus qu’actuelles… J’aurais aimé voir cette série à cet âge !

Je n’ai donc pas été très productive niveau lecture, mais je vais m’y remettre tout de suite. Il va aussi falloir trouver ce que l’on va manger ce midi ! A plus tard !

Dimanche 18h

Après un bon repas dont le dessert était une part de cheesecake à l’orange acheté par l’amoureux (miam), je crois qu’on peut dire que j’ai validé le défi celte, puisque non seulement, j’avais sorti ma tasse irlandaise pour la pause thé, mais cela allait bien avec ma lecture Je te séduirai en baskets et sans paillettes, puisque l’héroïne, Fallon, est irlandaise. Elle est supportrice de l’équipe de hockey sur glace de sa ville, où le joueur le plus connu joue très mal jusqu’à ce qu’elle le soigne d’une vilaine intoxication alimentaire et qu’il fasse un super match. Les médias en mal de ragot commencent à colporter la rumeur qu’elle porterait chance ; et après tout, les Irlandais n’ont-ils pas ce lucky charm bien connu ? (Bon, on est d’accord, le défi celte est validé du coup ??)

21h00

Bon, je n’ai pas lu depuis mon dernier passage, mais j’ai travaillé pour préparer ma journée de demain et nous avons regardé les informations. Là, une soupe de légumes chauffe et on va se mettre à table, puis je continuerai certainement ma lecture au chaud ! Bonne soirée !

Halloween·Miam Miam !·seasonal love

Tarte au potimarron pour dire au revoir à octobre

Le dimanche, les marmitons sont en cuisine dans la brigade de Syl. Je les rejoins aujourd’hui avec une recette qui témoigne de mon obsession du moment pour les recettes à base de courge : une tarte salée au potimarron.

Les ingrédients

🍂 600 g de potimarron
🍂 1 oignon
🍂 25 cl de crème épaisse
🍂 1 pâte feuilletée
🍂 2 oeufs
🍂 1 boite de lardons
🍂 50g de parmesan
🍂 sel et poivre

La recette

Recette trouvée sur l’incontournable site Marmiton

  1. – Préchauffer le four à Th 5-6 (200°C)
  2. – Placer la pâte dans un moule à tarte.
  3. – Après avoir précuit le potimarron (20mn à la vapeur pour ma part), le réduire en purée (je garde la peau après l’avoir bien lavé, c’est plus simple).
  4. – Dans un saladier, mélanger les 2 jaunes d’oeufs avec la crème, saler et poivrer.
  5. – Incorporer la purée de potimarron.
  6. – Battre les blancs d’oeufs en neige puis les ajouter à la préparation.
  7. – Faire revenir lardons et oignon à feu vif.
  8. – Les placer sur le pâte à tarte et finir par verser la préparation potimarron, oeufs et crème. Râper et parsemer de parmesan.
  9. – Mettre au four environ 35 min.
  10. Bon appétit !!

Vraiment un délice, on s’est régalés !

Une recette doucement halloweenesque… Cette année, j’ai limité les activités frissonnantes, j’avais plus envie de douceur, finalement… Pas de film d’horreur hier soir, on a eu notre dose de sanguinolent avec les rugbymen blessés (mais qui continuent de jouer sans sourciller !) pour le match France-Irlande 🍀 du tournoi des 6 nations (bon oui, j’ai creusé pour trouver une touche de Halloween dans ma soirée d’hier !)

Et vous, qu’avez-vous fait pour la soirée d’Halloween ?

J’ai de nombreuses idées de billets, mais l’actualité m’a un peu assommée ces derniers jours, et la perspective de ne plus pouvoir me cacher sous ma couette avec mon chat qui ronronne à partir de demain n’est pas encore complètement digérée.

Je vous laisse avec la chanson que nous écouterons en classe demain, pour tenter d’imaginer et de construire des jours meilleurs. Bonne fin de dimanche !

challenges·Halloween

Brrrrr ! Challenge et marathon Halloween 2020

Qui dit octobre dit le traditionnel challenge d’Halloween sur les blogs, qui en est déjà à sa onzième édition grâce à Lou et Hilde !

J’aime de plus en plus retrouver ce rendez-vous synonyme d’automne et de journées plus fraiches, où la nuit tombe plus vite et où on plonge avec délice dans des histoires frissonnantes.

Sorts maléfiques, créatures effrayantes, situations morbides sont au rendez-vous pour nous terroriser tout au long du mois d’octobre !

Cette année, une des thématiques proposées me plait particulièrement… Celle des sorcières, intitulée « de la magie au féminisme », une thématique qui m’intéresse de plus en plus… (je fais partie des nombreuses adeptes des ouvrages de Mona Chollet, même si je sais que je n’aurai certainement pas le temps de les lire cette année…)

Et comment parler du challenge sans Read-a-Thon ? Comme le dit Lou, « Le challenge Halloween sans son read-a-thon, c’est un peu comme un jambon beurre sans jambon, Sherlock sans Watson, Buffy sans Angel ou une sorcière sans chaudron. »

Et ce fameux marathon de lecture commence aujourd’hui, pour se prolonger tout le weekend. J’étais ravie d’avoir accès à internet (cf mon dernier billet) pour participer aux côtés des amies

Cette année, le marathon est en lien avec le challenge culinaire de ma chère Fondant et de Bidib. Quelques défis sont au programme :

(J’ai une courge dans le frigo, pour le reste, on verra ce qui est possible !)

Le vendredi est toujours bien chargé, et je n’ai pas pu commencer à lire avant 18h. Après le rangement de la classe, les photocopies pour lundi et quelques corrections, j’ai filé à la bibliothèque trouver quelques ouvrages pour enrichir ma pal (mon petit plaisir du vendredi soir !). Dans le métro, j’ai donc pu lire quelques pages de ma lecture (déjà entamée) pour débuter le challenge :

La petit feuille sur cette couverture fait très automnale !

Depuis mon retour, le livre est resté dans un coin car la soirée est chargée : Roland Garros, apéro, câlins avec le chat… Et un documentaire pas du tout effrayant mais très intéressant sur les groupes de la scène de Los Angeles dans les années 70… on évoque quelques fantômes à notre façon ce soir 😉

J’y retourne après ce billet décousu (et pour la pal, je vous publierai mes envies demain, car ce soir, je risque d’oublier la moitié des livres !)

Je vous souhaite une bonne soirée de lectures frissonnantes, pour ma part, je vais finir la soirée plus tranquillement avec mon livre et quelques rondelles de saucisson, et je vous retrouve à tête reposée demain !

Samedi 9h00

Bonjour mauvaise troupe !

Comment allez vous ce matin ? Réveillée ce matin par notre démon de compagnie (qui adore faire tomber des choses au petit matin), j’ai fini par me lever vers 8h.  Hier soir, j’ai eu du mal à ne pas m’endormir sur mon livre donc j’ai lu seulement quelques pages. Ce matin, comme vous pouvez le constater, la lecture n’est pas aisée… 😼

Mais qu’est ce qui fascine autant ce petit démon ? (Qui a l’air bien sage sur la photo mais ne vous fiez pas à son air d’ange !)

J’accompagne mon petit déjeuner du dernier vlog de Caro From Woodland et vous voyez qu’il y a désormais une deuxième fan à la maison !

Ce matin, j’ai rdv avec mon groupe de photos (première fois depuis le confinement qu’on se revoit, ça va être un moment sympa) donc la lecture sera modérée mais tout de même présente quand je vais prendre le métro !

Bonne matinée de lecture !

Samedi 17h00

Ma pal du challenge

Je vous retrouve cet après-midi et j’ai pris le temps de rassembler ma pal. Elle est plutôt petite dans les ouvrages collant au thème du challenge, je l’ai complétée avec quelques emprunts de lectures jeunesse et agrémentée de mangas et du dernier numéro d’America qui m’attendait sagement dans la boite aux lettres, la bonne surprise du matin !

La matinée est passée bien vite tant nous étions ravis de nous retrouver pour échanger sur nos projets pendant et depuis le confinement, les expos à voir en ce moment à Paris, les différentes photos montrées…

Aperçu du projet de photos d’une des participantes de mon groupe que je trouve très belles !

Je suis rentrée affamée, prête à dévorer d’innocentes créatures fraiches un bibimbap devant un épisode de Virgin River (une série à l’ambiance automnale que je déguste depuis la rentrée, j’adore les paysages magnifiques et l’ambiance si cosy du chalet de Mel ou du bar de Jake) puis un des nouvelles aventures de Sabrina. Ensuite, tout comme dans l’épisode vu, j’ai été victime d’un démon du sommeil…

Petite séance d’exorcisme avec mon démon

Peu de pages ont donc été lues depuis ce matin, mais après mon réveil et une petite séance d’épuisement du démon domestique (comme l’en atteste la photo), je vais faire un passages chez vous et me remettre à ma lecture de School night ! Et vous, vous en êtes où ?

A plus tard !

Dimanche, 11h

Me revoilà après plusieurs heures loin de l’ordinateur ! Hier soir, j’ai eu un peu de mal à me concentrer sur ma lecture, tant j’ai passé de temps à jouer avec notre minette, puis à regarder Echappées belles sur Las Vegas et le désert autour, qui m’a rappelé de nombreux souvenirs de voyage dans cette région magique…

J’ai tout de même lu une courte lecture jeunesse, La maitresse est une sorcière (mignon, surtout les illustrations !) et repris Night School avant de m’endormir dessus dans le canapé ! Mais cette petite sieste avec le chat blotti contre moi était délicieuse.

Je reprends donc ce matin après le visionnage de quelques vidéos de booktubeuses (Audrey du Souffle des mots et Rêve ta vie en lecteur qui m’ont donné de nombreuses idées de lecture !)

Maintenant, je reprends mon thé Oolong châtaigne et je m’y remets. Et vous, comment ça va en ce dimanche ?

Samedi, 21h30

Je vous retrouve plus tardivement ! Après quelques pages toujours de Night school qui se laisse facilement lire, j’ai filé aux fourneaux sortir mes chaudrons et concocter une diaboliquement délicieuse purée de potimarron avec de la crème de coco et du 4 épices. Et voilà un défi culinaire de relevé ! (accompagné d’une échine de porc grillée).

J’ai ensuite retrouvé 2 amies (dont une qui vit à Lyon et que je n’avais pas vue depuis longtemps !) pour le tea time dans un adorable salon de thé pas loin de chez moi. Au menu, cake gingembre-abricot, scones et clafoutis.

C’est le ventre bien plein que je suis allée profiter des rayons du soleil pour lire au parc, avant de rentrer. J’ai lu en regardant d’un oeil la finale de Roland-Garros (comme le dit Blandine, joueur en noir, terre battue et nous voilà avec les couleurs d’Halloween ! Et j’ai été au diapason ayant un fan de tennis à la maison, il m’avait même emmenée le weekend dernier voir les matchs en vrai, nous avons fini la journée avec celle de Gaston contre Thiem et c’était super !) mais un esprit frappeur a du me lancer un mauvais sort car ce n’est pas la grande forme depuis… J’ai fini par m’endormir et me réveiller à 20h45. Heureusement, un enchantement dans la cuisine a fait apparaitre une soupe potimarron-chataigne-huile de noisette dans mon assiette ! (pas maison mais Picard, on est adeptes quand la flemme du dimanche soir s’empare de nous).

L’amoureux a donc proposé au vue de mon bilan de lecture (le vilain se moque parce que je n’ai toujours pas fini Night school) de renommer le read-a-thon en read-a-non ou paslire-a-thon…. No comment!!

Il me reste tout de même quelques heures pour profiter de la fin de ce weekend et cette fois, plus de distractions : le chat dort sous un meuble dans la chambre (pourquoi pas) et l’amoureux regarde le foot, pas de risque que je sois intéressée ! Je vais tout de même passer vous voir, et je reviens demain pour le bilan !

Bonne soirée !

Le bilan

Après une soirée peu « studieuse » (ou un peu trop puisque j’ai travaillé !), j’ai finalement replongé dans mon livre dans mon lit, que j’ai fini par terminer hier.

Au final, ma pal n’a été que peu descendue, puisque je n’ai lu que 2 romans, mais quel plaisir ! Je vous remercie pour vos nombreux passages et commentaires malgré mes réponses tardives. Vivement le prochain rat halloweenesque !

blablabla·seasonal love

Un été, et puis septembre

Toc, toc. Y-a-t-il du monde qui passe encore par ici ?

Comme lorsqu’on revient dans une maison de campagne après des mois d’absence, je déverouille doucement la porte, je secoue un peu la poussière, je souris en revoyant des objets que j’avais oubliés. Je respire.

Bonjour par ici 🙂

La fin de l’année sportive et la relâche en juillet ont eu raison de moi pour passer écrire ici. J’avais un énorme besoin de faire un break après un confinement et une reprise qui m’ont accaparée à 200%. Alors, j’ai profité de l’été. Voir la famille et les amis, retourner enfin en Bretagne. Refaire de l’équitation, 20 ans après une chute qui m’avait fait laisser tomber. Puis partir à la mer, manger des fruits de mer au restaurant, regarder les étoiles, sentir l’air marin qui vous souffle au visage.

Se baigner quand on a trop chaud, lire sur la plage, partir en balade à vélo. Marcher le matin le long de l’océan avec mes pensées et le cri des mouettes pour seuls compagnons, manger des glaces en testant chaque jour tous les parfums, acheter des livres à la librairie, partir en quête du fameux Society sur l’affaire Dupont de Ligonnès (j’ai eu du mal à le trouver !), dormir comme un bébé, et profiter de la maison calme le matin en buvant mon thé face au bruit des vagues. Rencontrer un petit bébé, profiter pour voir des amis, avoir un fou rire dans un hôtel qui nous rappelait le film Shining, chanter les chansons de Goldman à fond dans la voiture, malgré les embouteillages. Se dire une éternité de belles choses.

Oui, l’été fut beau, et le retour à la réalité me semble encore dur que les années passées. Comme un rouleau compresseur qu’est septembre chaque année.

Et puis cette année, septembre a aussi rimé avec changement, puisque nous avons accueilli notre petite boule de poils, une petite minette de 2 ans adoptée à la SPA. J’ai découvert les joies de stresser pour de nouvelles raisons (le choix des croquettes ou de la litière deviennent des problèmes existentiels), d’être réveillée en pleine nuit, mais aussi le plaisir de la voir petit à petit s’adapter à son environnement et de savourer les mercredis sur le canapé avec elle.

Rajoutons à cela une certaine incompétence chez notre fournisseur d’internet qui a coupé par erreur notre ligne et on se retrouve avec une absence qui a duré plus longtemps que je ne voulais.

Mais voici octobre, l’automne avec tout ce que j’aime : la fraicheur de l’air, l’odeur des feuilles mortes les matins ensoleillés (qui n’ont pas été nombreux jusqu’à présent !), rallumer des bougies et ressortir le plaid pour lire, les recettes à base de fruits d’automne et de courges, la playlist de folk et se promettre de plus prendre le temps pour ne pas se dire qu’on ne l’a pas vu passer.

A très vite !

RAT

Marathon de lecture – Mois anglais – du 12 au 14 juin

On l’avait réclamé, elles l’ont fait ! Le fameux marathon de lecture du mois anglais est lancé ce weekend, depuis ce matin, et c’est toujours un plaisir d’y participer ! Rendez-vous chez Lou et Titine pour toutes les infos.

Elles nous ont concocté en plus quelques petits défis :

  • Défi 1 : Partager un tea time de lecteur / lectrice en photos
  • Défi 2 : Lire 9 titres différents, autant de titres que de bougies à souffler pour notre Mois anglais
  • Défi 3 : Lire un titre en VO

Je ne suis pas sûre que je pourrai participer au défi 2, mais ça devrait le faire pour les 1er et 3ème !

J’ai ma lecture en cours, Oliver Twist à qui il faut que je consacre plus de temps ; le boulot a pris la plupart de mon temps depuis 2 semaines (c’est-à-dire la reprise avec un doublement de l’effectif, j’ai désormais 15 élèves, et la nécessité d’organiser la fin d’année – eh oui, nous devons tout de même rendre des bulletins d’évaluations, avec les notions du deuxième trimestre, et les compétences travaillées, mais du coup, non évaluées, depuis le confinement…).

Et grand moment de joie, j’ai pu remettre les pieds dans ma bibliothèque qui a réouvert ! Elle était étrangement vide et on n’avait le droit d’y aller que pour emprunter des documents (pas de lecture et masque (à pois pour moi) obligatoire !), mais quel plaisir ! J’en ai profité pour prendre des BDs et lectures jeunesse qui peuvent rentrer dans le mois anglais (oui, je trouvais que je n’avais pas encore assez de livres !)

Ca, plus la classe virtuelle de ce matin sur la multiplication, ça fait que je n’ai pas lu encore aujourd’hui, mais je trouverai le temps, entre les cours à préparer et les notes à entrer sur le logiciel !

Qui participe avec nous ? Bon weekend de lectures et d’anglaiseries !

Samedi, 16h30

Hello ! Bon, on se retrouve bien plus tard. Je me suis détendue hier soir devant une émission pas terrible avec un apéro et un guacamole maison. J’ai tout de même lu quelques pages, notamment avant de m’endormir. Je n’ai pas pu m’empêcher de découvrir le tome 3 d’Agatha Raisin, emprunté à la médiathèque. Ce matin, c’était tâches ménagères et ce midi, bon déjeuner (salade concombres / feta et beignets vapeur chinois devant la saison 2 de Downton Abbey que je reprends après des années d’interruption !), puis longue conversation téléphonique avec une collègue… La lecture est dans les choux et je n’ai pas encore commencé le boulot pour l’école, sans oublier que je dois passer faire quelques courses pour le diner de ce soir car on reçoit ! J’espère que de votre côté, vous avez été plus productifs… ?

Dimanche, 18h (!)

Aperçu de la réussite du marathon lecture sur ce blog en ce weekend…

Bon, les amis, je vous retrouve un peu tardivement…. Avec ce qu’on appelle un bon échec..

Je crois que ce weekend, je suis passée à côté de la lecture, mais c’est finalement à l’image de ces derniers jours. Depuis que j’ai repris en classe avec un groupe de 15 élèves tout en devant gérer le distanciel du reste et que la directrice nous a listé tous les points à gérer de fin d’année (bulletins, organisation du rendu des cahiers pour les absents, petit-déjeuner de fin d’année dans la cour pour tout de même se dire au revoir…), j’ai la tête plongée dans l’école jusqu’au cou et le reste s’en ressent.

Donc, hier, j’ai travaillé, j’ai eu envie d’acheter un nouvel appareil photo et regardé les prix sur internet (pas une bonne idée, déjà, ça serait bien que je commence par faire des photos), puis j’ai préparé la soirée où nous avions du monde à l’appartement. On a testé la nourriture d’un nouveau bistrot libanais à côté de chez moi (le chef est également à la cuisine d’un restaurant qui a une assiette Michelin et qui est en face de chez moi), Qasti. Houmous, brioches au thym, falafels et keftas de viande… Miam !

Le restaurant dans ma rue s’installe et on dit au revoir aux voitures !

Avant d’aller dormir, il se trouve que mon amoureux m’a lu quelques pages d’Agatha Raisin à haute voix… Une première assez agréable, mais mon cerveau a du mal à se concentrer quand il faut écouter et je dormais au bout de 2 pages 😀 Ainsi s’achève ce triste bilan pour samedi.

Dimanche a été sous le signe du ménage, des courses, et surtout des entrées des compétences pour le LSU, et après des mois sans avoir touché à ça, ça a été bien long et pénible… Imaginez, pour une dictée, j’évalue 8 compétences différentes, pour 26 élèves. J’avais 3 dictées de la sorte. Je vous laisse faire le calcul pour connaitre le nombre de fois où j’ai cliqué sur la bonne case… (et il ne s’agit que des dictées !). Je dois encore préparer la semaine et je verrai la semaine prochaine pour les appréciations de fin d’année…

Petit aperçu de mon après-midi

Je suis également allée chercher des add-ons des Sims 3 qu’on me donnait et j’espérais lire dans les transports, mais un incident a mis mes nerfs à rude épreuve (sûrement un pickpocket qui s’est fait attraper et une personne a tiré la sonnette d’alarme, puis des passagers l’ont neutralisé avant que la sécurité n’intervienne – il n’empêche qu’entendre des gens hurler et voir tout le monde paniquer car on ne sait pas ce qui se passe me rappelle la psychose qu’il y avait à Paris fin 2015…). J’ai donc marché longuement pour m’apaiser et au final, ça a été bénéfique (mais pas pour la lecture, donc…). Je suis repassée par un quartier où j’ai habité

Qu’il est joli, ce petit restaurant dans un quartier où j’ai habité, dans le 17e ! La carte postale de Paris, il ne manquait qu’un petit air d’accordéon

Bon, ce n’était donc pas un weekend avec, mais c’est ainsi ! Je lirai plus la prochaine fois. J’espère que vous en avez plus profité que moi !

Miam Miam !

Trifle anglo-breton pour le mois anglais

Ce premier billet du mois anglais 2020 sera un billet gourmand !

Pendant le confinement, l’arrivée des fraises sur nos étals a été une source de réconfort appréciable, ce qui fait qu’on en a acheté pas mal !

J’avais envie à l’occasion du mois anglais de refaire en variant à ma façon une recette que j’aime bien avec ce fruit, j’ai donc mélangé les recettes de l’Eton mess et du trifle.

Dans mon livre de recettes Made in London, Sidonie Pain nous indique que le trifle est un dessert à couches dont l’esprit est de mélanger un biscuit, des fruits, de la crème anglaise et d’en faire un gâteau léger (en apparence) et frais. Mais je n’avais pas trop envie de mettre de la crème anglaise et de préparer une génoise.

L’Eton mess, quant à lui, est un dessert à base de crème fouettée, de fruits et de meringue. Il aurait été inventé, dit-on, après qu’un labrador se soit assis sur un panier de pique-nique contenant une Pavlova lors d’un match de criquet d’Eton (mouarf !). Bon, sauf que je ne voulais pas trop utiliser de meringue, que je trouve très sucrée.

C’est donc ainsi que j’ai mélangé ces deux recettes à ma façon (pour diminuer le temps passé en cuisine car je ne suis pas une grande pâtissière…).

Voici les ingrédients pour 4 :

  • 500g de fraises
  • 50g de sucre glace (j’en ai mis moins)
  • 40cl de crème liquide très froide (elle doit sortir du frigo)
  • 1 gousse de vanille (j’ai utilisé de la poudre de vanille qu’on m’a ramenée de la Réunion)
  • 1 demi-citron jaune
  • 3 palets bretons (Roudor) par coupe

Laver les fraises, les disposer sur du papier absorbant, les équeuter et les couper en 2 ou 4 selon leur taille. Saupoudrer d’un peu de sucre semoule et du jus d’un demi-citron (mon arme secrète, ça révèle encore plus le goût des fraises !). Réserver.

Dans un bol, fouetter la crème liquide au batteur électrique, ajouter le sucre et la vanille puis continuer jusqu’à ce qu’elle se transforme en chantilly.

Couper et écraser grossièrement (c’est mieux s’il reste des morceaux !) les biscuits et les placer au fond de chaque coupe, puis ajouter une bonne couche de fraises et enfin la chantilly. Et voilà !

Je n’avais pas de coupe, donc j’ai utilisé un mug transparent !

Une version ultra rapide d’un bon dessert… J’adore !

On peut retrouver d’autres recettes chez Syl (d’ailleurs, assez fruitées pour plusieurs d’entre elles) ! Bon dimanche !

challenges

Le mois anglais is back !

Ahoy there!

Nous voici déjà en juin, pour le mois anglais que j’adore retrouver. Cette année encore, Lou et Martine nous ont concocté un beau programme laissant aussi la part à l’inconnu :

  • 3 juin : Un roman policier d’Agatha… Christie ou Raisin (avec le Challenge British Mysteries) : 
  • 6 juin : Londres, en littérature mais pas que !  
  • 9 juin : Romancière anglaise au choix
  • 11 juin : Époque victorienne (roman victorien, néo-victorien, essai…)
  • 13 juin : Lecture jeunesse
  • 15 juin : Vintage novel (Cluny Brown, Angela Thirkell, romans Persephone…)
  • 18 juin : Essai ou biographie
  • 21 juin : Tessa Hadley
  • 23 juin : Cosy mystery (avec le Challenge British Mysteries)
  • 26 juin : Une bande-dessinée
  • 29 juin : Barbara Pym
Petit aperçu de deux coins de paradis : la librairie de livres en anglais The Abbey Bookshop, dans le quartier de St Michel à Paris. Une caverne d’Ali Baba où il fait bon flâner…
Et ma chère chère chère librairie Shakespeare and Co qui est dans le même quartier et où j’ai foncé dès le premier jour du déconfinement… Bien agréable sans tous les touristes qui veulent mettre une photo sur leur compte Instagram…

Je serai loin de participer à tout, mais j’ai de quoi faire pour la romancière anglaise ainsi qu’une lecture jeunesse. Je pense également que ma lecture d’Oliver Twist rentrera dans la thématique victorienne. Le reste sera au gré de mes envies, car j’ai une grosse pal anglaise et je n’aime pas trop m’imposer mes lectures à l’avance. Par exemple, j’ai très envie de relire La petite boulangerie du bout du monde de Jenny Colgan alors que je l’ai déjà lu (et tant pis pour la PAL qui déborde… 😀 )

Pour les titres à l’envers, voici la liste :

  • Les animaux fantastiques (pas sur la photo) et Le quidditch à travers les âges de JK Rowling, en VO
  • The lake House de Kate Morton (trouvée dans une auberge de jeunesse en Ecosse !)
  • Retour à Brideshead d’Evelyn Waugh
  • Welcome to Rosie Hopkins’ sweet shop of dreams de Jenny Colgan (VO)
  • Le tome 2 de Thursday Next, Lost in a good book de Jasper Fforde (VO)
  • Le tome 2 des aventures de Charlotte et Thomas Pitt d’Anne Perry
  • Coeur guimauve, le tome 2 des filles au chocolat
  • L’impossible amour de Kate Mullholland de Catherine Cookson
  • Le tome 1 de Penelope Green de
  • Middle England de Jonathan Coe (3e tome de la série de Bienvenue au club et Le cercle fermé) (VO)
  • Evelina, de Fanny Burney (prêté par mon beau-père, je ne connaissais absolument pas)
  • The hanging Valley, une enquête de l’inspecteur Banks par Peter Robinson (j’ai lu le premier titre de ce livre qui en regroupe 2, à chroniquer) (VO) (encore un livre trouvé en Ecosse !)
  • Brighter than the sun, de Julia Quinn (VO)
  • Rock me Amadeus de Seb Hunter (VO)
  • Bookends de Jane Green (VO)
  • Burning bright (L’innocence en VF) de Tracy Chevalier (VO)
  • Les filles de Hallows Farm d’Angela Huth
  • En cuisine de Monica Ali
  • Caresser le velours de Sarah Waters
  • Merci Jeeves, de PG Wodehouse
  • L’auberge de la Jamaïque de Daphné du Maurier
  • La splendeur des Charteris (déjà lu en mai, à chroniquer)
  • Ne figurent pas sur la photo parce que je les avais oubliés :
  • The Cuckoo’s calling de Robert Galbraith alias JK Rowling
  • La dernière conquête du Major Pettigrew que j’avais entamé et mis de côté
  • Le tome 1 des détectives du Yorkshire de Julia Chapman

Comme d’habitude, j’ai les yeux plus gros que le ventre…

En parlant de ventre ! Je n’oublie pas non plus les rendez-vous de la brigade de notre super marmitonne Syl, et j’ai pour l’occasion investi chez Gibert la semaine dernière dans un petit livre de recettes :

Ce choix n’enthousiasme guère l’amoureux, qui est mon cobaye culinaire et a gardé un souvenir un peu traumatisé d’un point de vue gustatif de nos vacances britanniques de l’an dernier ! 😀 Oh, well…

Getting in the mood for breakfast avec du bacon, ma tasse Chaplin (qui était anglais !) et mon repose-thé que ma maman m’avait ramené d’Harrods

J’ai aussi l’intention de regarder quelques séries (j’ai commencé Skins et repris Sherlock) et de trier mes photos de notre voyage de l’été dernier, partie anglaise !

Et vous, vous participez ? Happy english month!

blablabla

Joli mois de mai

Mars a laissé place à avril qui a laissé le mois de mai arriver. Et avec lui, comme pour vous, certainement, un déconfinement relatif selon notre réalité.

Je n’ai pas très bien vécu ce changement, et j’ai déversé des mots, exprimant surtout une certaine confusion saupoudrée de douleurs et d’angoisses. Alors, je les ai effacés, et je suis restée silencieuse.

Après autant de temps passé près de mes pensées, à tourner dans l’appartement en trouvant que le temps s’étirait et accélérait tout à la fois, j’avais besoin d’un peu de recul, de me replonger dans la vie quotidienne pour laisser les choses revenir à leur place d’elles-mêmes. Laisser le temps et le cerveau agir seuls pour y voir plus clair, pour savoir ce que cette période m’avait appris.

Je ne sais pas si vous avez vécu la même chose, mais ce confinement a fait remonter plein de vieux souvenirs, inattendus et qui m’ont parfois prise par surprise. J’avais envie de replonger dans une époque où tout me semblait plus facile, moins anxiogène, dans les souvenirs de mon enfance et mon adolescence. Evidemment, je sais que l’esprit, avec le temps qui passe, a tendance à parfois ne retenir que le positif des souvenirs, de déformer quelque peu la réalité. Et pourtant, j’avais envie de plonger dans des livres, des séries, des musiques ou des films qui me rappellent cette époque. J’ai trié des photos qui avaient 10, 15 ans et que je n’avais jamais pris le temps d’imprimer.

Santorin, en 2006...

J’ai regardé Roswell en chantant à tue-tête la chanson de Dido (clic) que j’adorais jusqu’à plus soif (je crois que cette série a joué précocement dans mon amour pour les déserts et les diners), Buffy, des films des années 90 comme Miss Détective.

Et puis la rentrée est arrivée, et au final, ça a fait beaucoup de bien de reprendre un rythme de vie normale. Enfin, normale, pas tout à fait. Il y a tous les gestes en plus. Il y a des groupes d’élèves bien moins importants dans l’école. Mais il y a aussi une douceur dans l’air avec l’arrivée du beau temps. Les après-midis, les enfants font des ateliers dans la cour avec la musique, il y a comme un air de fête. Je profite de mon temps pour lire au soleil à la fenêtre ou pour me balader et entrer dans les librairies pour les soutenir en achetant un ou quelques livres (oops pour la PAL qui a explosé, car finalement, je ne l’ai pas trop vidée, ayant notamment relu les 3 derniers Harry Potter).

Les choses reprennent peu à peu leur cours ; pas tout à fait chez nous, puisqu’en Ile-de-France, on doit patienter au-delà du 3 juin. Mais revoir la nature, les proches, c’est déjà beaucoup. Bientôt, les bars et restos aussi reviendront. J’ai hâte cet été de pouvoir enfin revoir mes parents (qui sont en Bretagne) et de pouvoir partir en vacances. Adios les projets de séjour au Québec et mes billets d’avion.. Nous irons sans doute camper en Bretagne puis profiter de la plage à Soulac. La mer ne m’a jamais tant manqué…

Crozon

Et vous, comment vivez-vous ce déconfinement ? J’espère que vous allez bien. On se retrouve bientôt, pour le mois anglais, le rendez-vous traditionnel de juin !

Japon·littérature

Appel du pied, Risa Wataya

Bon, je triche un peu mais j’avais envie de ressortir un vieux billet publié sur mon ancien blog, pour vous parler d’un des romans japonais que je préfère, et qui m’a fait découvrir Risa Wataya, une des voix de la littérature japonaise contemporaine.

51mmmmomael._sx210_

Ce livre m’avait tout d’abord attirée par sa couverture : une jeune fille qu’on dirait sortie d’un manga, qui regarde dans le vague, qui a l’air un peu perdue. Et sans trop lire le résumé, je l’avais acheté.

On y fait la rencontre d’Hasegawa, qui traine son ennui dans sa petite ville japonaise, un peu comme l’héroine du premier roman de Risa Wataya, Install. Elle rencontre Ninagawa, un garçon isolé de son lycée : il ne vit que pour sa passion pour Oli-chang, une idol (star de la chanson japonaise, souvent très jeune, agée de 12 à 16 ans) et est au comble du bonheur lorsqu’il découvre que Hasegawa a rencontré un jour cette chanteuse et qu’elle lui a même parlé. Il la harcèle pour connaitre tous les détails, l’emmène au concert de la star.

Hasegawa, de son côté, commence à ressentir de l’attirance pour cet étrange garçon, mais il est tellement occupé à vivre dans ses rêves qu’il ne la remarque pas…

Tout comme dans Install (le premier roman de l’autrice, écrit à seulement 17 ans pendant ses vacances d’été !), ce roman a une atmosphère très particulière. On sent la lassitude et le trouble caractéristiques de l’adolescence. Hasegawa se cherche. Elle regrette le temps de l’enfance, où les choses semblaient plus simples. Elle est tout simplement dans une phase de changement, qui la laisse entre deux eaux. La torpeur d’un été qui s’étire transparait dans chaque mot du style sans fioritures de Risa Wataya.

170526_ks_003231Le groupe d’idols Wasuta

Ninagawa représente quant à lui un phénomène fascinant au Japon : ces personnes qui sont passionnées par les stars, les idols, au point de collectionner tout ce qui les concerne et de ne vivre que par rapport à leur passion. Sa rupture avec le monde extérieur est à la fois fascinante et très effrayante, car il préfère une personne qu’il ne connait pas et idéalise à une personne réelle, certes pleine de défauts, mais qui est en face de lui, et s’intéresse à lui.

Dans un roman concis (ce roman est comme Install, très court), Risa Wataya réussit à nous faire ressentir cet état étrange qu’est l’adolescence, et à mettre le doigt sur les dérives de nos sociétés.

Avez-vous déjà lu cette autrice ?

logo-mois-au-japon-03