blablabla·music is love

Time to shine

dscf5946

J’ai écrit un long billet bilan de 2016, et puis finalement, je n’étais plus trop sure de le publier comme ça. Alors, je le publierai, mais en privé. Si vous n’avez pas le mot de passe, n’hésitez pas à me le demander. Et en attendant, un mini bilan en musique, avec ces trois chansons qui prouvent que ce n’est pas que de la musique.

En 2015, il y avait Roar, qui disait un peu « Là vous voyez un tigre pelé, mais attendez un peu, et vous allez voir ».

And you’re gonna hear me roar.

En 2016, il y avait Beyoncé, qui disait « I’ma keep running cause a winner don’t quit on themselves », qui disait surtout, « bats-toi, bats-toi et ne baisse pas les bras, et donne tout ce que tu as ».

« Tryna rain, tryna rain on the thunder

Tell the storm I am new

I’m telling these tears « go fall away, fall away »

May the last one burn into flames »

A la toute fin de l’année 2016, le (merveilleux) algorithme de Spotify qui me conseille chaque semaine 30 chansons que je pourrais aimer (et dans lesquelles je trouve souvent de nombreuses pépites dont je tombe amoureuse) m’a fait découvrir cette chanson d’Alicia Keys. Je me souviens, quand on avait 13 ans, on écoutait en boucle « Fallin' », tirée de son premier album. J’ai maintes fois chantonné « Empire state of mind », en rêvant de retourner à New York, mais à part ça, j’avais un peu oublié cette chanteuse.

Et puis le coup de foudre, en écoutant cette chanson, sublime, lumineuse, somptueuse (oui rien que ça).

Love
Love will come find you
Just to remind you
Of who you are
Hold on
It will forsake you
Threaten to break you
Take what you got

Then life
It will embrace you
Totally amaze you
So you don’t give up

2016 a été rude, et il y a quelques temps, je soupirais en trouvant une vieille photo et en me lamentant sur ce détail si symbolique, mes cheveux qui avaient tant souffert.

Et puis hier, en les brossant et en regardant dans la glace, ça m’a marquée. Ca y est, ils ont repoussé.

Don’t tell me that I’m not the only that’s going through it all
Oh sometimes I feel like I’m the only that’s going through it all

But it’s time
Oh it’s time
For me to shine

Hey
It’s my time
Oh it’s time
For me to shine

Bonne année 2017, qu’elle soit remplie d’or et de lumière.

blablabla

Lay your head where my heart used to be

Billet écrit en décembre

img_9829

Green grass – Cibelle (magnifique chanson et clip que j’ai écoutée en écrivant les mots qui suivent)

J’avais retrouvé des vieilles photos, et dieu, qu’elles irradiaient le bonheur.

Et puis il y avait ce détail si futile, j’ai pensé « mes cheveux, mes beaux cheveux, que sont-ils devenus ». Parce que le stress et la tristesse ne les ont pas épargnés, et que ça me faisait mal de voir à quel point ils avaient pu être beaux comparés à maintenant.

Alors, j’ai rangé les photos avec la boite, trop tôt encore pour tout laisser à l’air libre. M. m’a dit « Ils repousseront, tes cheveux », et au fond, je savais qu’elle avait raison. Tout repousse, même l’espoir, même les tissus qui répareront les trous dans le coeur.

J’ai retrouvé à nouveau ces photos. Il y en a des si jolies. Parfois, j’ai l’impression d’un peu me répéter. Dire que ça va mieux, et puis en fait, après, on se rend compte que pas tellement. La vie n’est pas une droite qui va indéfiniment vers le toujours mieux. Le chemin me parait parfois si long, et tellement rempli d’embûches.

_dsc0770

Mais tout de même, en vivant cette nouvelle période de l’Avent, je le sais… L’an dernier, je me sentais si triste. Mais cette année, il y a les amis, la famille. Il y a les tas de souvenirs de cette année qui vient de s’écouler qui sont un baume pour les moments où je trébuche, les moments de doute.

Il y a les photos qui, elles, ne sont pas vieilles, parce qu’elles ont été prises hier, la semaine dernière, le mois dernier, et qui irradient le bonheur. Et les petites marques au coin des yeux, cette impression que la vie s’est imprimée, un peu, sur le visage pendant ce temps. On en fera nos peintures de guerre.

blablabla

A toi

_dsc0642

A toi qui as enfin emménagé avec lui, et à l’évidence qui se dégage quand on vous voit ensemble

A toi qui a adopté un petit chaton, après avoir dit au revoir à Plume après 17 ans de vie commune

A toi qui t’amuses comme une folle, qui malgré l’intensité de ton nouveau boulot, continues de déborder d’une énergie prodigieuse

A toi qui après des mois de chômage as retrouvé du travail et semble aller mieux grâce à ça

A toi qui vas tellement mieux que l’an dernier à la même époque, et à nos soirées bière / kebab

A toi qui malgré tout ce qui ne va pas à Paris continues d’avoir ton havre de paix quand tu t’enfuies dans le nord

_dsc0771

A vous dont le départ à Lyon dans votre petit nid semble vous combler

A toi qui m’impressionnes chaque fois que je te vois donner tout ce que tu as, dans ton métier, dans tes passions, dans tes relations avec tes amis

A toi qui es parti avec lui en Equateur, et puis sentir que tu es heureux

Et puis à toi, surtout, parce qu’on vit ensemble, et parce que je ne t’ai jamais vu si heureux et si apaisé que depuis qu’elle est là, et puis parce que de toute façon, on ne peut que l’aimer quand on la voit, tant elle est gentille, douce et drôle. Parce qu’il fait plus chaud quand je rentre à l’appart et que vous êtes là à siroter du thé lapsang souchong et que vous me racontez vos dernières aventures

A vous, mes amis, qui m’impressionnez chaque jour, et dont le bonheur qui grandit me réjouit profondément.

Vous ne lirez pas ceci, mais je suis reconnaissante de vous avoir près de moi et je suis heureuse de vous voir sourire, chaque jour.