blablabla

Lay your head where my heart used to be

Billet écrit en décembre

img_9829

Green grass – Cibelle (magnifique chanson et clip que j’ai écoutée en écrivant les mots qui suivent)

J’avais retrouvé des vieilles photos, et dieu, qu’elles irradiaient le bonheur.

Et puis il y avait ce détail si futile, j’ai pensé « mes cheveux, mes beaux cheveux, que sont-ils devenus ». Parce que le stress et la tristesse ne les ont pas épargnés, et que ça me faisait mal de voir à quel point ils avaient pu être beaux comparés à maintenant.

Alors, j’ai rangé les photos avec la boite, trop tôt encore pour tout laisser à l’air libre. M. m’a dit « Ils repousseront, tes cheveux », et au fond, je savais qu’elle avait raison. Tout repousse, même l’espoir, même les tissus qui répareront les trous dans le coeur.

J’ai retrouvé à nouveau ces photos. Il y en a des si jolies. Parfois, j’ai l’impression d’un peu me répéter. Dire que ça va mieux, et puis en fait, après, on se rend compte que pas tellement. La vie n’est pas une droite qui va indéfiniment vers le toujours mieux. Le chemin me parait parfois si long, et tellement rempli d’embûches.

_dsc0770

Mais tout de même, en vivant cette nouvelle période de l’Avent, je le sais… L’an dernier, je me sentais si triste. Mais cette année, il y a les amis, la famille. Il y a les tas de souvenirs de cette année qui vient de s’écouler qui sont un baume pour les moments où je trébuche, les moments de doute.

Il y a les photos qui, elles, ne sont pas vieilles, parce qu’elles ont été prises hier, la semaine dernière, le mois dernier, et qui irradient le bonheur. Et les petites marques au coin des yeux, cette impression que la vie s’est imprimée, un peu, sur le visage pendant ce temps. On en fera nos peintures de guerre.

Publicités

6 réflexions au sujet de « Lay your head where my heart used to be »

  1. Coucou jolie Touloulou !
    J’aime cette chanson que je ne connaissais pas…
    Tu sais, moi qui t’ai vue à un moment pas facile dans ta vie, je t’ai trouvé aussi belle que sur cette photo, comme tu le dis : nos peintures de guerre, ces rides, ces blessures au coeur, nous grandissent et mettent en nous une beauté particulière qui était peut-être absente avant… COURAGE ! Kopf hoch comme on dit en Allemagne ! 😉 et gros bisous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s