Miam Miam !

Recette : salade épinards, fraises, chèvre et pistaches

Bonjour à tous,

Les vacances se terminent chez nous… c’est passé vite encore non ? Surtout que je suis partie loin sous le soleil de Cuba et j’ai encore un peu de sable dans les chaussures et la tête dans les nuages… Mais aussi le cœur gonflé de beaux souvenirs et bien reposée, prête pour attaquer cette fin d’année ! (enfin je sens que la préparation du spectacle de fin d’année va être houleuse et les problèmes ne tarderont pas à revenir (sérieusement, y-a-t-il des spectacles de fin d’année qui ne se terminent pas en pugilat ? Je commence à croire que cette pratique devrait être interdite par la sécurité sociale)).

L’hiver est définitivement derrière nous, et la période actuelle est une de mes préférées pour les nouveaux fruits et légumes que l’on trouve sur les étals. J’ai passé pas mal de temps à préparer des plats simples mais remplis de légumes verts depuis mon retour (on n’a pratiquement mangé que du poisson, du poulet, du riz et des oeufs à Cuba alors ça me manquait !) (bon de la langouste aussi et des fruits exotiques, on a bien mangé mais je rêvais de salades et de gaspachos).

Je vous propose donc aujourd’hui une recette de salade de saison testée et approuvée, facile à faire et délicieuse ! Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas posté un dimanche, jour où la brigade des gourmandises de Syl est en cuisine depuis maintenant bien longtemps. Bon, elles sont au Japon niveau culinaire… Je ne suis pas trop en phase, mais j’ai l’habitude :o)

717b155bbd151f3729de767b97b13929

Les ingrédients (pour 4)

  • 12 grosses fraises (on a pris des garriguettes et mis toute la barquette)
  • 150g de jeunes pousses d’épinards
  • 80g de fromage de chèvre frais (j’ai pris du Petit Billy)
  • 2 tomates (facultatif)
  • un sachet de pistaches grillées (la recette proposait des noix de pécan mais les pistaches vont mieux avec les fraises pour mes papilles 🙂 )
  • huile d’olive et vinaigre balsamique

Lavez et essorez les pousses d’épinards. Rincez, séchez et équeutez les fraises puis coupez-les en morceaux. Émiettez le fromage de chèvre. Mettez l’ensemble dans un saladier.

Versez les pistaches et la vinaigrette. Servez ! Rapide, non ?

20180427_224220

Les fraises dans des salades salées, je n’avais que peu tenté, mais ça se marie à merveille avec le chèvre frais et les pistaches. Le saladier n’a pas fait long feu…

Bon la photo est tout sauf photogénique… Je la laisse, mais avec la sauce et le tout mélangé, ça ne ressemble plus à grand chose. Pourtant c’était bon !

2018-logo-gourmandises-2

Non classé

My absolute darling, Gabriel Tallent

CVT_My-Absolute-darling_7668
A  quatorze ans, Turtle Alveston arpente les bois de la côte nord de la Californie avec un fusil et un pistolet pour seuls compagnons. Elle trouve refuge sur les plages et les îlots rocheux qu’elle parcourt sur des kilomètres. Mais si le monde extérieur s’ouvre à elle dans toute son immensité, son univers familial est étroit et menaçant : Turtle a grandi seule, sous la coupe d’un père charismatique et abusif. Sa vie sociale est confinée au collège, et elle repousse quiconque essaye de percer sa carapace. Jusqu’au jour où elle rencontre Jacob, un lycéen blagueur qu’elle intrigue et fascine à la fois. Poussée par cette amitié naissante, Turtle décide alors d’échapper à son père et plonge dans une aventure sans retour où elle mettra en jeu sa liberté et sa survie.

 

My Absolute Darling a été le livre phénomène de l’année 2017 aux États-Unis. Ce roman inoubliable sur le combat d’une jeune fille pour devenir elle-même et sauver son âme marque la naissance d’un nouvel auteur au talent prodigieux.

 

Quand un roman est annoncé comme l’incontournable du moment, comme une tornade qui ne vous laissera pas indemne… il y a toujours un phénomène de méfiance.

Et si on était déçu? Et si, a force de trop en attendre, on pourrait passer à côté du livre ?

Ce sont les pensées que j’avais en tête quand j’ai entamé My absolute darling. Et puis très vite, j’ai oublié ces pensées, tout simplement parce que j’étais trop occupée à dévorer ce roman.

Immédiatement, on se sent embarqué dans l’atmosphère sombre et humide de la maison de Turtle et Martin. L’écriture de Tallent est un tour de force pour nous faire sentir par ses descriptions l’odeur du mucus sous les bois, de la moisissure dans la maison sombre infestée de rats. On entend le ressac de l’océan et on perçoit la chaleur des rayons de soleil qui jouent entre les herbes du jardin. Avec un vocabulaire incroyable (chaque élément naturel, chaque sensation trouve le mot juste, qui le décrit parfaitement) et un style qui l’est tout autant, l’auteur fait de chaque ligne un instant de pur bonheur de lecteur.

Et pourtant, du bonheur, c’est bien le dernier sentiment que l’on est censé ressentir. Un bonheur littéraire, dira-t-on. Car pour le reste, on est happé, pétrifié, horrifié et émerveillé en même temps face à la force d’un récit qui semble nous cracher a la figure en permanence, laissant un instant de répit où l’on veut croire que le pire est passé.

Turtle, elle, est moins naïve et à chaque fois, sait que ce n’est qu’une illusion de calme, avant que l’on soit ballottés avec elle comme par les marées des humeurs de son père. Immense, tempêtueux, imprévisible tel l’océan situé non loin de leur maison… insaisissable aussi, tel est Martin que l’on voit a travers les yeux de sa fille qui l’adore tout en le détestant. Une fille qui enregistre les événements mais parfois sans comprendre leur signification. Le lecteur ne peut qu’assister impuissant a l’enchaînement des événements. On a envie de crier à Turtle de faire quelque chose, de saisir les mains tendues pour l’aider à sortir de cet enfer. Mais c’est la aussi le réel talent de l’auteur : on parvient à saisir tout ce qu’une relation de ce type a d’insidieux et de néfaste, en faisant de la victime son propre bourreau. Pour Turtle, seul compte l’amour absolu de Martin, celui qu’il lui proclame pour achever la toile qu’il a tissée autour d’elle.

Un roman implacable, magnifique dans son écriture et dans la cruauté des événements qui assaillent l’héroïne. On reste longtemps médusé devant la force de ce personnage. C’est une histoire qui continuera son chemin dans mes souvenirs de lecture, j’en suis persuadée.

Encore une pépite découverte par ma maison d’édition chouchou, Gallmeister, que je remercie chaleureusement pour la découverte, ainsi que Léa du Picabo River Book Club.